16 août fête de "l'Image non faite de mains d'homme"

Seize août

Transfert d'Edesse à Constantinople

de

l'Image non faite de main d'hommes

de Notre Seigneur Dieu et sauveur

Jésus-Christ

Image que l'on appelle aussi le saint Mandylion.

 

Au temps de la vie terrestre de Notre Seigneur Jésus-Christ, le roi d'Edesse, Abgar V, qui souffrait gravement der lèpre et d'inflammation des articulations, entendit parler des guérisons innombrables que Jésus accomplissait. Comme il ne pouvait se déplacer, ni même se montrer à ses sujets, il envoya à Jérusalem son archiviste, Ananie, muni d'une lettre adressée à Jésus, dans laquelle le souverain demandait au Sauveur de venir jusqu'à lui pour le guérir, et il lui proposait de s'installer à Edesse pour échapper aux macghinations des Juifs. Il chargea en outre Ananie, qui était un peintre habile, de faire le portrait de celui dont on disait qu'il était Fils de Dieu. Arrivé à destination, Ananie remit la lettre au Seigneur qui se trouvait entouré d'une grande foule et, montant sur une pierre d'où il pouvait mieux le voir, il s'efforça de faire une esquisse. Mais il lui fut impossible de fixer les traits du Sauveur, car son visage semblait changer sans cesse d'aspect, sous l'effet de la grâce indicible qui s'en dégageait. Le Christ, qui sonde les coeurs et les pensées des hommes, devina le dessein d'Ananie et, voulant montrer qu'on ne peut séparer son humanité de sa divinité, il donna satisfaction à son pieux désir en accomplissant un grand miracle. Il se fit apporter une petite bassine, s'y lava le visage et l'essuya avec un linge plié en quatre. Aussitôt ses traits se trouvèrent imprimés de manière indélébile sur ce Mandylion, sans le secours d'une main  humaine. Il le remit alors à Ananie avec une lettre destinée à Abgar, dans laquelle il expliquait qu'il lui fallait accomplir à Jérusalem le dessein éternel de Dieu pour le salut des hommes. Mais il lui promettait qu'une fois sa mission terminée, quand il serait remonté au ciel, il lui enverrait un de ses disciples, pour lui procurer le salut de l'âme et du corps. *

 

*Cette tradition et le texte de ces lettres lit-on dans
le SYNAXAIRE, VIE DES SAINTS de l'Eglise orthodoxe , tome cinquième, juillet et août, adaptation par le Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra Editions To perivoli tis Panaghias Thessaloonique 1966

 

Le roi Abgar reçut Ananie avec une grande joie et se prosterna devant l'image de la sainte Face "non faite de maion s d'homme" et la fit placer dans une niche.

tombée quelques années après aux mains des Perses, puis reprise par Héraclius puis un empereur chrétien s'empressa de faire transférer à Constantinople le Mandylion.



14/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres