30 octobre 2016 24e dimanche après la Pentecôte

Vingt-quatrième dimanche après la Pentecôte

Evangile

(Luc 8, 41.56)

En ce temps-là, un homme du nom de Jaïre, qui était chef de la synagogue, s'approcha de Jésus. Tombant à ses pieds, il le suppliait de venir chez lui, Parce qu'il avait une fille uinique, âgée d'environ douze ans, qui se mourait. Et tandis qu'il s'y rendait, la foule le serrait à l'étouffer.

 

Or une femme atteinte d'un flux de sang depuis douze années et qui avait dépensé tout son avoir en médecins, sans que nul d'entre eux n'ai pu guérir, s'approcha par derrrière et toucha la frange de son manteau; et à l'instant même son flux de sang s'arrêta. Et Jésus demanda: qui m'a touché?  Comme tous s'en défendaient, Pierre et ses compagnons lui dirent : Maître, c'est la foule, c'est la foule qui te presse et t'écrase, et tu demandes qui t'a touché?  Jésus reprit : "Quelqu'un m'a touché; j'ai senti qu'une force était sortie de moi. Se voyant découverte, la femme vint toute tremblante et, se jetant à ses pieds raconta devant tout le monde pour quelle raison elle l'avait touché et comment elle avait été guérie à l'instant. Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t'a sauvée; tu peux aller en paix.

Il parlait encore, quand de chez le chef de la synagogue arriva quelqu'un qui lui dit : "Ta fille est morte à présent, ne dérange plus le Maître. Mais Jésus qui avait entendu, lui répondit ; Ne crains pas; crois seulement, et elle sera sauvée. Arrivé à la maison, il ne laissa personne entrer avec lui, si ce n'est Pierre, Jean et Jacques, ainsi que le père et la mère de l'enfant. Tous pleuraient et se lamentaient sur elle, mais Jésus leur dit : "Ne pleurez pas, elle n'est pas morte, elle dort. Et ils se moquaient de lui, sachant bien qu'elle venait de mourir. Mais Jésus, les ayant tous fait sortir et l'ayant prise par la main,, lui dit à haute voix : Enfant, lève-toi. L'esprit lui revint et, à l'instant même, elle se leva. Puis il ordonna de lui donner à manger.

Ses parents furent saisis de stupeur, mais Jésus leur enjoignit de ne dire à personne ce qui était arrivé.

 

 

Apôtre

Lecture de l'épître du saint Apôtre Paul aux Ephésiens.

(2, 14-22)

 

Frères, le Christ est notre paix, lui qui a réuni en un seul peuple les Juifs et les païens et qui a fait tomber ce mur de haine qui les séparait. En sacrifiant sa propre chair, il a fin à l'antique Loi, avec tous ses règlements et ses prohibitions. Des deux antagonistes de jadis il a formé en lui-même un peuple unique et une humanité nouvelle, réalisant la paix entre eux et les réconciliant avec Dieu. Les uns et les autres il les a unis en un seul corps, par cette croix sur laquelle il a mis à mort l'inimitié. Il est donc venu pour annoncer à tous la bonne nouvelle de la paix, à vous qui étiez loin et à ceux qui étaient proche, de sorte Que par lui, nous avons, les uns les autres, libre accès auprès du Père en un seul Esprit-Saint. Aussi n'êtes-vous des étrangers ni des gens de passage, vous êtes concitoyens des saints, vous êtes la maison de Dieu. Vous faites partie d'un édifice qui a pour fondation, les apôtres et les prophètes et dont la pierre d'angle est en personne Jésus Christ. En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un  temple saint dans le Seigneur. En lui, vous aussi, vous entrez, les uns unis aux autres, comme pierre de cette construction qui deviendra, par l'Esprit saint la demeure de Dieu.

 

 

 

  

 



29/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion