Acathiste et paraclisis

Acathiste

En l'honneur de la Très-Sainte Mère de Dieu

Kondakion

Comme les prémices de la terre sont offertes au Créateur, * l'univers te présente, Seigneur, te saints martyrs porteurs de Dieu, * et par leur intercession nous te prions de garder ton Eglise dans la paix * par les prières d la Sainte Mère de Dieu, montre-nous, Seigneur, ta miséricorde.

Theotokion.

Devant la grâce incomparable de ta virginité, * devant le charme et le divin éclat rayonnant de ta sainteté frappé de crainte, Gabriel s'écria, ô Mère de Dieu : * Quel éloge digne de ta sainteté, pourrai-je t présenter? * de quel nom sublime te nommerai-je ? de quel nom t'appellerai-je? * aussi me conformant à l'ordre reçu, je te chante. Réjouis-toi, ô Pleine de grâce.

Tropaire

L'ordre mystérieux une fois connu de l'Ange, il alla droit à l'huis de Joseph; *à la Vierge il dit : Celui qui par sa descente a fait pencher les cieux sur la terre * tout entier demeure en toi sans subir de changement, * Le voyant dans ton sein prendre la forme d'un esclave, * stupéfait je crie vers toi : * Réjouis-toi, Epouse inépousée.

Canon de l'hymne acathiste

Ode 1

Ma bouche s'ouvrira * et s'emplira de l'Esprit saint * j'adresse mon poème à la Mère du Roi, * et l'on me verra, en cette fête solennelle, chanter avec allégresse toutes ses merveilles.

L'Archange Gabriel * t'a reconnue comme le Livre vivant du Christ * scellé par le sceau de l'Esprit, * et te crie ô Vierge immaculée * Réjouis-toi, vase d'allégresse * en qui se perd la malédiction de la mère des vivants.

Réjouis-toi, virginale,épouse de Dieu, * espérance d'Adam et son relèvement, * terreur de l'Enfer que tu as mise à mort * réjouis-toi, sainte demeure de notre Roi, * réjouis-toi, trône de feu du Seigneur tout-puissant.

Réjouis-toi qui seule as fait pousser * la rose qui jamais ne se fanera, * réjouis-toi, qui as enfanté * le fruit suave et le parfum de notre Roi, * réjouis-toi épouse inépousée * qui apportes au monde le salut

Réjouis-toi, trésor de pureté * qui nous relèves d'où nous sommes tombés, - réjouis-toi, royale fleur de lis, dont le parfum embaume les croyants, * encens de suave odeur et parfum très précieux.

Ode 3

Garde sous ta protection, ô Mère de Dieu et source intarissable de la vie * tous les chantres qui t'honorent de leurs hymnes * dans ta divine gloire * accorde-leur la couronne des vainqueurs.

Tu as fais croître les froments des cieux * en une terre non labourée; * réjouis-toi mystique table *qui as porté le pain de vie, * réjouis-toi Vierge souveraine * source intarissable du flot vivifiant.

Réjouis-toi car tu as enfanté * pour les fidèles l'hostie sans défaut, * réjouis-toi Mère de l'Agneau * qui ôtes le péché du monde entier, * réjouis-toi chaleureuse propitiation.

Réjouis-toi, brillante aurore * qui seule a porté le Christ notre Soleil, réjouis-toi, tabernacle de la clarté * qui as chassé les ténèbres de la mort * et dissipé l'obscurité de l'enfer.

Réjouis-toi, l'unique porte par où le Verbe seul est passé, *Vierge qui as brisé par ton enfantement * les portes et les verrous de l'enfer * réjouis-toi, divine entrée du peuple racheté * Vierge toute digne de nos chants.

 

Ode 4

 Celui qui siège glorieusement * sur le trône de la divinité * est venu sur la nuée légère * C'est Jésus, notre divin Sauveur * et de sa main toute pure * il a sauvé ceux qui lui chantent * Ô Christ notre Dieu, gloire à ta puissance.

Par nos hymnes et nos voix, * fidèlement, nous te crions, Vierge digne de nos chants ; * Réjouis-toi fertile montagne soulevée par l'Esprit, * réjouis-toi chandelier d'or et vase où la manne est conservée * pour les fidèles délectable suavité.

Propitiation de l'univers, * réjouis-toi Souveraine immaculée, réjouis-toi échelle qui de terre vers la grâce nous conduit, * réjouis-toi, viaduc qui mènes de la mort à la vie * tous les fidèles qui t'honorent de leurs chants.

Colonne plus haute que les cieux, * réjouis-toi, ô Vierge immaculée, * qui sans douleurs as porté dans ton sein * le fondement de l'univers * réjouis-toi pressoir qui as extrait de ton sang * la pourpre divine pour le Roi tout-puissant.

Tu as enfanté notre Législateur * réjouis-toi, Souveraine en vérité * car il efface gratuitement nos transgressions, * réjouis-toi insondable océan, ineffable sommet *épouse inépousée par qui nous sommes déifiés.

Pour le monde tu as tressé * une couronne non faite de mains d'hommes * nous te chantons et te crions* Vierge sainte, réjouis-to* protectrice universelle, inébranlable rempart, forteresse et refuge sacré.

Ode 5

L'univers est transporté * par ta divine gloire, ô Vierge inépousée * car tu as porté dans ton sein * le Dieu transcendant * et tu as mis au monde un Fils intemporel* qui accorde le salut * à ceux qui chantent ta louange.

Toi qui as enfanté le chemin de la vie, * réjouis-toi immaculée * car tu sauvas le monde du déluge e du péché, * réjouis-toi divine fiancée * qui as accueilli dans la crainte la parole de Dieu * réjouis-toi, séjour du Créateur et du Seigneur.

Réjouis-toi, Immaculée, forteresse et rempart des humains, * séjour de la gloire et terreur de l'Enfer * des vierges la splendeur, allégresse des Anges dans le ciel, * protectrice des fidèles qui te prient.

Char de feu du Verbe divin * réjouis-toi, Souveraine mystique paradis, * au milieu duquel le Seigneur devient le nouvel arbre de vie * dont la douceur succède à l'amertume de la mort * pour les fidèles qui goûtent son fruit vivifiant.

Par ta puissance fortifiés * nous te crions, fidèlement * réjouis-toi cité du Grand Roi * qui parle de toi te glorifie, dignement, * réjouis-toi, abîme insondable et montagne inviolée.

Immense tabernacle du Verbe de Dieu, réjouis-toi, immaculée * car tu as façonné le divin joyau * réjouis-toi, merveille inégalée * avec Dieu tu réconcilies * ceux qui te proclament bienheureuse, ô Mère de Dieu.

Ode 6

Célébrant cette divine et sainte fête de la Mère de Dieu, * venez, fidèles, battons des mains * glorifiant le Dieu qu'elle a conçu.

Très-sainte chambre nuptiale du Verbe divin, * cause de notre commune déification, * réjouis-toi, ô Vierge immaculée, * gloire des Prophètes qui t'ont célébrée * ornement des Apôtres réjouis-toi.

Tu as fait pleuvoir la rosée * qui éteignit la flamme des faux-dieux; aussi nous te crions : Réjouis-toi * mystique toison couverte de rosée * que Guédéon d'avance contempla.

Pour nous qui te chantons : Réjouis-toi sois un havre de paix au milieu des flots * un refuge dans l'océan des tribulations, * un abri contre les ruses de l'Ennemi.

Cause de toute joie, donnes-nous la sagesse pour te chanter : Réjouis-toi, buisson ardent sans être consumé * Réjouis-toi lumineuse nuée * couvrant les Fidèles de son ombre sans fin.

Kondakion

Que retentissent  nos accents de victoire en ton honneur, invincible Reine * toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine. Vers toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce, * De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, * sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir * les fidèles qui te chantent * Réjouis-toi, Epouse inépousée.

 

 

7

Ils n'adorèrent pas la créature au lieu du Créateur, * les fidèles du Dieu très-haut, * mais affrontèrent généreusement * le feu qui les menaçait; * et ils chantaient dans la fournaise * Seigneur, digne de louange, Dieu de nos Père, béni sois-tu.

 

Nous te chantons et te crions, * Réjouis-toi, char du soleil spirituel ; * tu es la vigne en vérité, * qui as produit le doux raisin * dont le vin réjouit le coeur * des fidèles qui te glorifient.

 

Tu as enfanté celui qui guérit toute plaie * réjouis-toi divine fiancée, * mystique rameau qui as ait fleurir l'immortalité, * réjouis-toi, ô Souveraine * qui nous comble de joie et nous fait héritiers de la vie.

 

La langue des rhéteurs est embarrassée * pour te louer, Mère de Dieu, * plus haut que les Séraphins tu t'es élevée * en mettant au monde le Christ notre Roi; * intercède auprès de lui * pour qu'il sauve de tout danger * les fidèles qui se prosternent devant toi.

 

Les confins de l'univers te proclament bienheureuse * et chantent avec amour : * Réjouis-toi, Livre saint où le doigt du Père a inscrit * le Verbe, que nous te demandons de supplier * pour qu'il inscrive tes serviteurs au livre de vie.

 

Nous tes serviteurs, nous te supplions, * et nous inclinons nos coeurs devant toi : * incline ton oreille vers nous * et sauve-nous de l'abîme des tentations ; * contre les traits de l'Ennemi * défends ton peuple, sainte Mère de Dieu.

 

Afin que nous te chantions, Réjouis-toi * nous les fidèles qui sommes devenus participants de ta joie, * délivre-nous des épreuves sans fin * des chaînes de l'Ennemi et de tout autre fléau * qui nous menace justement * à cause da la multitude de nos péchés.

 

Tu es notre assurance et notre illumination *  aussi nous te crions : Réjouis-toi, étoile sans déclin, * qui dans le monde a introduit notre Soleil * réjouis-toi Vierge pure, car tu nous ouvres l'Eden * qui jadis était fermé pour nous, * réjouis-toi, colonne de feu * conduisant les hommes vers leur céleste patrie.

 

Tenons-nous avec crainte dans la maison de Dieu * et disons : Réjouis-toi, Souveraine de l'univers, * réjouis-toi Marie dans nos coeurs, * réjouis-toi, ô toute belle et toute immaculée, * vase de myrrhe qui as reçu * l'inépuisable onction répandue sur toi.

 

Colombe toujours vierge, réjouis-toi * qui as enfanté le Dieu de bonté, * Réjouis-toi, gloire de tous les Saints * et couronne des martyrs, * des Justes l'ornement * et pour nous tous le salut de nos âmes. 

 

Epargne ton héritage, Seigneur * fermant les yeux sur nos péchés, * accueille favorablement l'intercession * de celle qui sur terre l'a porté; ô Christ, lorsque dans ton amour souverain * tu as daigné revêtir la nature des humains.

 

Kondakion

Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur, invincible Reine, * toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine . Vers toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce, * de ton bras puissant : dresse autour de nous le plus solide des remparts, * sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir * les fidèles qui te chantent : * Réjouis-toi, Epouse inépousée. 

 

Texte du Père Denis Guillaume Rome 1981

 

 

 

 



01/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres