Après la condamanation à mort de Mgr Barthélémy

²Après la condamnation à mort de Mgr Barthélémy

 Pétrovsky Monastyr ou l'organisation monastique orthodoxe-catholique. § 5 

Le 17 juin, on l'a vu, le tribunal militaire condamna Mgr Barthélémy au châtiment suprême. Que s'est-il passé au lendemain de cette condamnation à mort? La sentence excluait tout appel en un décret du Comité Central Exécutif, pris le lendemain de l'assassinat de Kirov, le 1er décembre 1934, prévoyait l'exécution immédiate des sentences de condamnation à mort. Le 12 juillet 1935, Mgr Neveu toujours à l'affût des nouvelles, était retourné voir la vieille nourrice de Barthélémy, qui lui dit : "Le 10, Sophie, la sœur aînée de Monseigneur, devait avoir une entrevue avec l'évêque : on la lui a refusée."

La mort en tous cas, ne sera communiquée que le 12 août 1935. Mgr Barthélémy, disait-on, était mort à l'infirmerie de la prison Boutyrki le 1er août 1935. Neveu à ce sujet donne, le 13 août, les informations qu'il a pu recueillir : "Hier, j'ai demandé à l'ambassade d'Italie de vouloir bien informer le Vatican par dépêche secrète de la mort du bon et excellent Mgr Barthélémy Remov, à qui Sa Sainteté avait donné le titre de Serguieievo  et dont la conversion au catholicisme était tenue secrète. En son temps, j'ai envoyé à la Commission pour la Russie, les renseignements relatifs au "curriculum vitae"  du bien regretté évêque. Arrêté à la fin de février de cette année, Mgr Barthélémy est mort à l'infirmerie de la prison de Boutyrki, le premier août, en la fête de Saint Pierre "ad vincula". Toute sa vie, ce pieux prélat avait une grande dévotion au prince des apôtres et il était très fier d'avoir été supérieur du monastère de Saint-Pierre à Moscou (supprimé aujourd'hui). Nos tyrans ont refusé de donner le corps du défunt à ses deux sœurs, qui vivent ici en ville. Ils l'ont sûrement incinéré et lorsque la famille réclama au moins les cendres du mort, elle reçut un nouveau refus.

Or, il n'est pas douteux que Mgr Barthélémy ait été arrêté en haine de la foi et qu'il ait persévéré jusqu'au bout dans la confession de la foi et qu'il ait persévéré jusqu'au bout dans la confessions de la religion catholique et dans la soumission au Saint-Père, qu'il aimait tendrement et aux ordres de qui il était prêt à obéir à tout prix. Mgr Barthélémy était mon confesseur et j'étais le sien : sa piété, la dignité de ses mœurs et sa science lui avaient valu une profonde estime parmi les croyants. Ses anciens frères de religion, les évêques orthodoxes membres du synode du métropolite Serge, ont eu peur d'un immense concours du peuple, si un service funèbre solennel était célébré pour le repos de l'âme du défunt et à la demande qui leur était faite, ils ont répondu évasivement, ce que voyant, la foule des amis et des pénitents de Mgr Barthélémy s'adressa ici au supérieur de l'église grecque, où un service solennel fut célébré au milieu d'une grande affluence."  

Conformément à la sentence, qui prévoyait la confiscation de tous les biens de l'évêque, on est venu saisir ses biens : " Non content d'avoir laissé mourir en prison le bon Mgr Barthélémy, nos tyrans sont allés à son domicile et on pris tous ses livres (il en avait de précieux pour l'histoire ecclésiastique en Russie.) ses habits, son linge ses quelques meubles en un mot tout ce qui appartenait au prélat. (Lettre de Mgr Neveu du 23 août 1935).  

Il faudra attendre le 23 mars 1936 pour avoir une information indirecte sur la mort de Mgr Barthélémy. "Pour la première fois, depuis un an entier, écrit Neveu à Mgr Pizzardo qui, a remplacé Mgr d'Herbigny, éloigné en 1933, j'ai pu recevoir les détails intéressants concernant le cher Mgr Barthélémy, confesseur de la foi catholique. Ce que je vais vous dire, prouve bien qu'il est mort à cause de son union à Rome. Il y a un an, en même temps que le cher évêque, était arrêtée une dame russe, catholique de longue date et ma pénitente, laquelle était allée voir Mgr Barthélémy, sans savoir que celui-ci était catholique; mais parce qu'elle connaissait la sympathie du cher évêque pour le catholicisme. Elle a été déportée dans la ville de Svobodny, en Extrême-Orient, région du fleuve Amour. et m'écrit par une occasion : " Je ne subis qu'un seul interrogatoire et l'on me demanda depuis combien de temps je suis votre pénitente."

- "Depuis dix ans" répondis-je. Sur la table, il y avait une statue du pape de Rome et, me la montrant, il me dit : "C'est l'ennemi des Soviets..." Au bout de deux semaines, on me signifia mon accusation : " Faisait partie de l'organisation contre-révolutionnaire catholique, qui siégeait près de la paroisse orthodoxe de l'évêque Barthélémy".

Le doute est donc impossible. Même si les bolcheviks ignoraient la conversion de l'évêque, ils l'ont arrêté à cause de ses relations avec les catholiques : c'est donc un vrai confesseur de la foi."

Non, ils n'ignoraient pas la conversion de l'évêque. De tous ceux et de toutes celles qui tombent entre leurs mains, ils savent autant, sinon plus, que leur confesseur. Quel regret par contre est le nôtre d'ignorer la vérité sur la mort de Mgr Barthélémy. A-t-il été fusillé le jour ou les jours qui ont suivi sa condamnation? Ce n'est pas impossible. Le KGB usait volontiers de subterfuge et de mensonges pour cacher la mort de ses victimes ou la date exacte de leur exécution, surtout quand il s'agissait d'un personnage aussi important que l'évêque Remov, proche et conseiller du métropolite Serge. Mme Irina Ossipova qui a étudié le dossier de l'affaire, a seulement trouvé le document de la condamnation à mort, sans l'attestation de l'exécution de la sentence, mais rien non plus, m'a-t-elle assuré, sur une quelconque maladie ou sur le décès de l'évêque à l'infirmerie de Boutyrki. "

Les moines qui ont repris la vie monastique au Petrovski Monastir et vénèrent la mémoire de Mgr Barthélémy, espéraient nous a-t-on dit, faire canoniser l'évêque comme martyr de l'Eglise orthodoxe. Les révélations contenues dans son affaire et dans notre étude, sans oublier tout ce que nous avons révélé dans "Rome et Moscou " (o.c.) , ont jeté le désarroi dans leur esprit. Malgré les faiblesses que révèlent les interrogatoires, Mgr Barthélémy, est un vrai martyr et de l'Eglise orthodoxe et de l'Eglise catholique, préfigurant dans sa personne l'union des deux Eglises que nous espérons.      

           



07/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion