Carême 2013 dimanche de l'orthodoxie

Histoire

L'échelle sainte de la vie chrétienne, selon Jean Climaque, Monastère Sainte-Catherine du Sinaï

En 730, l'empereur Léon III l'Isaurien avait, en effet, interdit la vénération des icônes et avait ordonné leur destruction. Parmi les défenseurs des icônes, il faut mentionner l'important théologien saint Jean Damascène. C'est l'impératrice Irène qui réunit le septième concile (et le dernier concile reconnu par l'Église orthodoxe, d'où son nom d'Église des sept conciles) à Nicée en 787. Les persécutions reprirent cependant malgré ce concile après la mort de l'impératrice. L'empereur Léon V, puis l'empereur Théophile continuèrent à s'opposer aux icônes et persécutaient leurs défenseurs. C'est alors que l'empereur Théophile était gravement atteint de dysenterie, que son épouse Théodora eut un songe de la Mère de Dieu "tenant entre ses bras le Dieu d'avant les siècles, entourée d'anges resplendissants, qui blâmaient et châtiaient Théophile son époux"[1]. Suite à cette vision, Théophile se repentit de son action peu avant sa mort et son épouse autorisa le culte des icônes et avec l'aide du patriarche Méthode, elle rétablit à leur rang les moines jusque là persécutés.

Introduction

Pourquoi la victoire sur l'iconoclasme est-elle appelée Triomphe de l'Orthodoxie dans son intégralité ? C'est que pour l'Orthodoxie, l'iconoclasme, le refus de vénérer les icônes, constitue la synthèse de toutes les hérésies. Refuser l'icône, c'est pour la théologie orthodoxe, refuser l'incarnation de Dieu fait homme, or c'est cette incarnation qu'il s'agissait de défendre à chaque concile. Il faut cependant spécifier que si les images sont autorisées, encore faut-il que ces images soient exactes théologiquement pour qu'elles soient des icônes. L'icône orthodoxe n'a aucun point commun avec l'imagerie religieuse telle qu'elle a pu se développer en Occident à partir de la Renaissance. Les querelles iconoclastes ont été l'occasion du développement d'une véritable théologie de l'image au sein de l'Orthodoxie. Elle s'appuie sur cette déclaration de saint Paul : "le Christ est l'icône du Dieu invisible, le Premier Né de la création" (Colossiens, 1,15). La sainteté consiste à restaurer l'image de Dieu en nous, telle qu'elle était au commencement avant qu'elle ne soit altérée par la Chute.

Cette fête rappelle par ailleurs que le jeûne est aussi une ascèse du regard, de la manière dont nous regardons le monde. Nous pouvons ici citer les Évangiles :

« La lampe du corps, c'est ton œil. Quand ton œil est transparent, ton corps entier est lumineux. Mais s'il est mauvais, ton corps aussi est ténébreux. Examine donc si la lumière qui est en toi n'est pas ténèbres ! Si donc ton corps entier, lumineux, n'a pas aucune part de ténébreux, il sera tout entier lumineux, comme lorsque la lampe de son éclaire t'illumine. »



15/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres