La divine liturgie de Saint Jean Chrysostome I Introduction

LA DIVINE LITURGIE DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME

Introduction

La divine Liturgie, qu'elle soit de Saint Jean Chrysostome ou de saint Basile, est précédée par ce qu'on appelle "la prothèse", disons la "Préparation". 

Le rite se trouve au complet dans le livre sacerdotal appelé "Hiératikon". Il comprend tout d'abord les prières à dire devant l'iconostase, (mur percé de trois portes, présentant des icônes du Christ de la Vierge, du Saint Patron de l'Eglise ou de la fête à qui est dédiée l'église, d'autres saints. Parfois plusieurs rangs d'icônes porteurs des prophètes et des apôtres. Sur la porte centrale est peinte l'Annonciation. Sur la porte de la diaconie (porte de droite) saint Etienne. lors de l'entrée dans le sanctuaire, de l'habillement des ministres et de l'habillement des diacres. Puis vient la partie sacrificielle de la Liturgie. Sur l'autel de la Préparation, dans la partie gauche du sanctuaire, se trouvent la patène et la calice et cinq pains ronds (comme sur la table de préparation de l'ancien temple) Du premier pain (un pain fermenté caractéristique de la vie), le prêtre extrait un pain en  cube qu'on appelle agneau. Avec un couteau  en forme de lance, il immole un agneau, et aussitôt le Diacre verse dans la calice vin et eau pour rappeler ce qui a coulé du côté du Christ. Les textes accompagnant cette immolation sont le tropaire ( tropaire : petite hymne) du Vendredi Saint et des versets prophétiques et johanniques sur l'agneau immolé et le côté transpercé (Is.53 et Jean 19 sq.)

Suit un rite de commémoraisons: des quatre autres pains, le prêtre extrait des parcelles en l'honneur de la Mère de Dieu, des saints, des vivants et des défunts. Ces parcelles sont disposées sur la patène autour de l'agneau, elles ne seront pas consacrées, mais après la communion des fidèles seront versées dans le calice pour que les péchés des vivants et des défunts soient purifiés, dans le sang précieux du Christ par l'intercession de sa Mère et de tous les Saints.

Dans la procession de l'offertoire ou "grande entrée", le pain et le vin seront portés comme en une procession allant du Calvaire (l'autel de la prothèse) au Sépulcre (l'autel central). Séparés, ils symbolisent déjà le Corps et le Sang du Christ, séparés par la mort. Sur l'autel de l'offrande, le Père enverra son souffle de vie, l'Esprit vivifiant, comme il l'avait fait jadis sur le corps inerte d'Adam, formé du limon de la terre. Car ce n'est pas un Christ mort que les fidèles recevront dans la communion, mais bien le corps vivant du Christ ressuscité. Un corps dans lequel circule le sang, à température de la vie d'où l'adjonction d'un peu d'eau chaude dans le calice. C'est pourquoi les fidèles reçoivent la communion sous le deux espèces, pain et vin, corps et sang. Et l'oeuvre du salut opérée par le Christ ne s'arrête pas là; après la communion, le prêtre élève vers le ciel le calice encore plein de la présence corporelle et divine, et c'est l'Ascension. Quant à la Pentecôte, qui apporte la plénitude à l'Eglise et par laquelle la mission confiée au Fils par le Père trouve son accomplissement, elle est évoquée dans la prière dite avant la consommation des saintes espèces.

Mais revenons à la préparation du pain et du vin; ils sont sur la patène et dans le calice, représentant déjà et pas encore tout à fait le corps et le sang du Christ. C'est un mystère, et le mystère est une réalité cachée. C'est pourquoi le prêtre couvre de voiles la patène et la calice. Pour que le voile de la patène, ne touche pas le pain, il dispose entre les deux un objet métallique appelé "astérisque" du fait qu'à l'intersection des deux arcs pend une étoile symbolique: le voile devient ainsi la grotte de Bethléem pour ce corps en devenir. D'ailleurs au-dessus de la table se trouve l'icône de la nativité, aussi bien que celle du Christ souffrant ou enseveli. Les voiles sont encensés avant d'être placés, ce qui n'est pas sans rappeler les aromates et l'embaumement du Christ. Mais son corps est incorruptible et sa bonne odeur va se répandre dans toute l'église grâce à l'encensement du diacre. 



16/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres