Léonide Féodoroff : Chez le patriarche Tikhon

Il y a déjà sur ce blog un résumé du chapitre consacré à la rencontre de Léonide Féodorof et du Patriarche de Moscou Tikhon, je vous y renvoie pour les photos. Je retranscris l'entièreté de l'article

 

Entre Rome et Moscou o;c; pp; 115 sq

 

Chez le Patriarche Tikhon

Le passage au catholicisme de personnalités isolées, telles que Mle Julie Danzas

 

cfr Julija Danzas, di Giovanna Parravicini e Sergej Stratanovskij in "La casa di Matriona" Col ; "Testimoni" 2001 pp: 145  Milano,
cfr "Julie Danzas passée au catholicisme, déportée puis expulsée in"Catholiques en Russie" par Antoine Wenger d'aptrès les archives du KGBb 1920-1960 DDB 1998

ou l'avocat Dimitri Kouzmine-Karavaieff, l'union de paroisses entières comme celle du P.Potapii n'apportaient qu'une solution très limitée au problème impérieux de la réconciliation chrétienne. Certes, l'exarque s'en réjouissait de tout coeur; en plus du bénéfice spirituel qu'y trouvaient les individus, ces conversions secouaient quelque peu la torpeur des indifférents au problème de la réunion et, de plus, elles rehaussaient le prestige des deux ou trois paroisses témoins que le P.Léonide avait mise sur pieds.

Les visées de l'exarque se portent cependant plus haut. Il veut l'union par la réconciliation des hiérarchies. Cette réconciliation est possible ; il le croit fermement mais il est le seul à y croire.

Tous les prêtres catholiques de rite latin n'ont qu'un but immédiat, attirer le plus d'orthodoxes possible dans leurs communautés en les faisant passer au rite latin. L'opposition des catholiques de rite latin aux embryons des paroisses de rite byzantin reste très forte, écrit-il à maintes reprises, surtout à Moscou. Heureusement, le nouvel évêque de Mohiliov, Mgr Jean Cieplak, le soutient quoique écrit-il (en usant d'une expression russe plus familière), il écrit en bon étranger ("по францускi) Trois prêtres blancs russiens et quelques lituaniens le soutiennent généreusement. Pour pouvoir subsister étant donné le prix si élevé des moindres produits, il doit bien solliciter l'aide matérielle de ses confrères latins. "C'est dur, avoue-t-il surtout pour un chef de mission"  Il trouve une autre preuve très pénible dans la longue attente que le Saint-Siège lui fait subir avant de confirmer la fondation de l'exarchat. Le silence de Rome permet à tous ceux qui s'opposent à ses vues de le contredire à leur gré ou de sourire de ses efforts. Enfin, après quatre années d'attente, la bonne nouvelle lui parvient. Après l'événement il écrit le 29 avril 1921:

La confirmation de l'exarchat a produite une impression profonde et le titre de "Protonotaire apostolique, que le pape m'a conféré a été comme un coup de tonnerre dans le ciel."

  Néanmoins toutes les difficultés ne sont pas éliminées. Le 18 juillet 1921, le P.Léonide écrit une lettre à Mgr Alexandre Evreinof, l'ancien diplomate russe, devenu prêtre catholique. Il l'envoie en trois exemplaires par trois différents courriers de fortune car la poste régulière pour l'étranger ne fonctionne pas. Il espère qu'au moins un des trois arrivera au destinataire. L'exarque supplie le prélat russe de lui faire venir par n'importe quelle voie un exemplaire des "Acta Apostolicae Sedis", bulletin officiel du Vatican. La confirmation de sa fonction d'exarque est absolument nécessaire pour traiter avec le clergé latin, qui met en doute sa nomination. Il souligne l'opposition qu'il rencontre.

Les Polonais ont vécu pendant des siècles au milieu des Russes sans jamais les comprendre et sans jamais percevoir toutes les valeurs spirituelles contenues dans leurs traditions. Ils voient leur mission, non pas dans la  prédication en faveur de l'Union, mais dans le prosélytisme auprès des personnes isolées. Ils veulent s'emparer du peuple par-dessus la tête du clergé orthodoxe, ils ne veulent pas se rapprocher du clergé orthodoxe et en seraient d'ailleurs incapables. Un sentiment d'offense amère leur reste au fond du coeur après les souffrances qu'ils ont dû endurer jadis de la part de ceux qu'ils appellent "des gendarmes en soutane"; ce sentiment ne leur permet pas d'agir avec une bienveillance apostolique réelle. Il en résulte que dans leur rencontre avec les prêtres orthodoxes, ils restent toujours sur une position de défense, n'apparaissent pas sincères, semblent trop diplomates. Cela saute tout de suite aux yeux des prêtres orthodoxes qui possèdent une susceptibilité aiguë, presque morbide.  Vouloir faire de l'apostolat en gardant en gardant sans cesse un gros caillou caché sous l'aiselle... N'est pas chose possible. Le clergé latin est déconcerté par la passivité de notre peuple qui laisse une bande de vauriens profaner ses sanctuaires grandioses et il  en tire la conclusion que le peuple russe a perdu la foi. Bien sûr, en logique pure, c'est une conclusion qui se défend mais en pratique, ce n'est pas ce qui se passe. Notre peuple est redoutable précisément à cause  capacité sans limite d'endurer les brimades et de son pouvoir de raidissement. Il supporta à l'extrême mais au fond de son âme, il restera toujours identique à lui-même. Il acceptera certains compromis avec sa conscience parce que, à la suite d'une sorte de laisser-aller il ne considère pas cela   comme une apostasie. Bien sûr, chose non seulement difficile, mais en fait impossible à comprendre pour un catholique étranger."

 

Letttre au Métropolite Sceptizki des 29 avril et 18 juillet 1921

A cette conduite du clergé latin, l'exarque oppose sa manière d'agir.

Dès le début, à peine nommé exarque de l'Eglise catholique russe, j'ai recherché tous les moyens possibles pour entrer en relation avec le clergé orthodoxe. Le métropolite de Pétrograd Benjamin et plusieurs prêtres qui jouissaient d'une grande influence sur le clergé et le peuple devinrent petit à petit mes bons amis.

 

Cfr Antoine Wenger o;c; p 22.

Métropolite de Léningrad Benjamin fusillé et martyr

En 1918, l'année même de son élection, je suis entré en relation avec le Patriarche Tikhon

 

Cfr Antoine Wengler, o.c. 22-23: 30-32; 36; 140141: 143;150

Le Patriarche Tikhon.

Il me reçut avec cordialité. A la même époque nous avons fait bloc avec les orthodoxes contre les bolcheviques pour nous défendre de leurs agressions. En 1919, nous avons fait ensemble une protestation. Pour la première fois dans l'histoire de la Russie on put voir les noms des prélats orthodoxes et catholiques sur un document chrétiens dirigé contre les forces infernales.  Les âmes de nos confrères séparés attendries par la charité avec laquelle nous les traitions, commencèrent à devenir moins dur à notre égard. C'est eux qui nous proposèrent des réunions pour étudier ensemble le problème de l'Union. Nous avons en outre établi en commun, orthodoxes et catholiques, un projet de cours et de conférences apologétiques pour lutter contre la propagande des athées. La guerre contre la Pologne a fait couler à pic nos projets parce que le gouvernement a interdit pendant les hostilités tout réunion qui n'était pas communite. Les prêtres orthodoxes se préparaient à faire une retraite spirituelle sous ma direction."
Jusqu'à cette année 1922 le clergé latin n'avait pris aucune initiative en ce domaine; il avait simplement adopté une attitude qui rendait mon action assez facile. L'archevêque Ropp était pour moi un père et un protecteur; il encourageait mes efforts en vue d'une alliance de plus en plus forte avec le clergé orthodoxe. Puis, tout à coup, le démon qui comme un lion cherche toujours des victimes à dévorer, a éveillé dans le coeur de certains prêtres latins un zèle intempestif pour la conversion des chrétiens séparés de nous. L'initiateur de cette affaire fut un certain Père Paul Chodkiewicz. Il organisa dans une salle contiguë à l'église Sainte-Catherine, des conférences où furent  proférés des propos blessants pour les orthodoxes . Les auditeurs de ces conférences ne manquaient pas et, en deux ans, plus de 120 personnes demandèrent à être reçues dans l'Eglise catholique. Les prêtres latins ne comprennent pas ou n'ont pas voulu comprendre que ces succès éphémères et ces quelques âmes - dont un bon nombre d'ailleurs sont des dames d'origine polonaise - ne comptent pour rien devant le problème colossal de la réconciliation des cent millions d'orthodoxes qui résident dans notre pays."

 

Rapport du 5 mai 1922 au pape Pie XI

L'exarque se rendit compte dece que tous ses plans allaient être anéantis. Par le nombre de leurs fidèles, les paroisses latines étaient beaucoup plus imposantes que les siennes; il était impossible de faire croire aux orthodoxes qu'elles ne représentaient pas l'Eglise catholique. Il insista ;

 On me répondit que l'union Eglises était une idée folle, une fantaisie.  Etablir des relations avec le clergé orthodoxe était chose inutile parce que tous ces prêtres, à leurs yeux, sont de mauvaises foi et corrompus. Rapprocher le clergé catholique du clergé schsimatique serait, à leurs yeux, l'exposer au dange d'indifférentisme et de tiédeur dans son activité catholique. Le refrain habituel revenait une fois encore "Les Russes cultivés n'ont que faire du rite oriental; ils veulent le rite latin" Multiplions les conversions sans rêver à l'Union des Eglises"

 Pour changer l'orientation de ses conférences l'exarque décida de les noyauter en quelque sorte en y prenant lui-même une part très active. Il en donna six. Il le reconnaît; ce fut de sa part un mauvais calcul; aux yeux des Orthodoxes, il apparut associé à la propagande menée conte eux. 

Le P.Deibner devenu de plus en plus neurasthénique se distinguait par ses invectives. Un soir, il se montra à ce point irrespectueux envers les saints de l'Eglise russe dont le culte a d'ailleurs quelques années plus tard, été approuvée par l'Eglise catholique que l'exarque décida de prendre une sanction; il interdit au père de prendre la parole en public.

En réponse à cette campagne, les orthodoxes à leur tour convoquèrent leurs fidèles à des conférences anticatholiques. Le danger de la propagande romaine y fut dénoncé à grands cris; l'exarque y fut gratifié du surnom de "jésuite en riassa" (soutane russe). Le P. Féodoroff se rendit alors chez le Métropolite Benjamin pour tâcher d'étouffer ces échanges scandaleux d'accusations et d'invectives. Il proposa de ne plus admettre désormais à ces réunion que les membres du clergé et quelques spécialistes de manière à les poursuivre dans un esprit de vraie charité. Le Métropolite refusa avec indignation.

 Vous nous promettez l'Union, s'écria-t-il, vous voulez vous rencontrer avec nous comme avec, des frères dans le Christ et pendant ce temps, vos prêtres latins, derrière notre dos, sèment la dévastation dans notre troupeau..."

L'exarque revint chez lui très affecté du refus auquel il s'était buté et - rapporte un témoins - il en pleura. C'était l'effondrement de ses plans pour une période dont il ne pouvait prévoir la longueur.

A Moscou, le dialogue entre orthodoxes et catholiques se poursuivait dans une atmosphère plus sereine. En principe, le P.Léonide allait tous les deux mois dans la capitale pour y donner des conférences et visiter des personnes influentes bien disposées en faveur de l'Union. En une occasion, à la requête des participants, il exposa avec une clarté magistrale toute la doctrine catholique sur la primauté de l'évêque de Rome. Des échanges de vue animés mais toujours courtois suivirent; avec la conférence ils n'occupèrent pas moins de trois heures et demie.

Le patriarche Tikhon était tenu au courant de ces rencontres et il les approuvait. L'exarque lui rendait de fréquentes visites.

J'ai été reçu par le patriarche, et je me suis plaint des propos désobligeants que le clergé orthodoxe de Pétrograd a répandu contre moi. Le patriarche m'accueillit très cordialement; il me fit prendre le thé avec du miel et il promit de calmer les gens de Pétrograd, en dissonances avec nous.
Personnellement, affirme l'exarque, le patriarche désire sincèrement l'union, mais il ne peut rien faire parce qu'il est trop faible, en ce sens qu'il est dépourvu d'autorité. Il s'en est plaint plus d'une fois devant son clergé et devant les laïcs. Le concile de Moscou de 1917  a tellement limité ses pouvoirs qu'on peut dire de lui "Il règne mais ne gouverne pas " (en français).

La position du patriarche Tikhon devenait cependant de plus en plus épineuse. Le 24 février 1922, le quotidien soviétique Izvestia (les Informations) avait annoncé que le Comité Central des Soviets avait chargé les Soviets locaux de saisir dans les églises les vases sacrés et autres pièces de valeur. Ces objets - prétendaient-ils - devaient être vendus pour acheter des vivres et sauver les affamés. Le patriarche permit de remettre aux Soviets des pièces détachées qui ne servaient pas au culte mais il interdit de livrer les vases sacrés, et il menaça même d'excommunication ceux qui  les remettraient.  

Les Soviets redoublèrent leurs attaques contre lui; ils l'accusèrent de comploter et d'être en relation avec un groupe d'évêques russes émigrés présidés par l'ancien Métropolite de Kharkov et Kiev, Antoine Krapovitzky. Les évêques s'étaient réunis à Karlovtzi, en Serbie, et avaient proclamé leur attachement à la dynastie des Romanof. Pour affaiblir encore davantage l'Eglise russe, les Soviets soutenaient des groupes de prêtres qui s'étaient séparés de l'Eglise patriarcale pour fonder ce qu'ils appelaient "l'Eglise vivante". Leur chef le plus actif était un prêtre de Pétrograd, le P.Alexandre Vvedensky. Ces schismatiques de l'Eglise patriarcale réclamaient une administration démocratique de l'Eglise, l'élévation à l'épiscopat de prêtres mariés, la possibilité d'un second mariage pour les prêtres veufs etc. Le 16 mai 1922, le patriarche fut mis en état d'arrêt; il lui fut interdit de quitter sa résidence.

Des orthodoxes militants de Moscou persuadés de ce que les divisions entre chrétiens affaiblissaient considérablement la résistance aux Soviets, firent un effort pour relever le prestige du patriarche. Ils organisèrent en son honneur une manifestation de fidélité pour le jour de sa fête onomastique. Cette fête tombais le 15 juin. Il fut ainsi décidé qu'à cette occasion une délégation de chaque paroisse de Moscou viendrait offrir ses voeux au patriarche, et un cadeau. Ces orthodoxes militants pensèrent que si les catholiques acceptaient également de prendre part à cette manifestation, leur présence lui donnerait plus d'éclat et compenserait en quelque sorte le schisme de l'Eglise vivante. Ils pressentirent le P.Abrikossof qui accepta. A cette heure tragique tout ce qui pouvait cimenter l'union des chrétiens n'était-il pas conforme aux voeux du Christ? A l'heure prévue une délégation catholique se rendit au Troïskoe Podvorie (Monastère de la Trinité) où résidait le patriarche. Elle comprenait le P.Vladimir et deux laics; Nicolas Alexandroff; futur prêtre et Vladimir Balachoff. D'autres délégations envoyées par les paroisses orthodoxes de Moscou arrivèrent en même temps. A son entrée le patriarche se rendit en premier lieu auprès des catholiques et il embrassa le P.Abrikosoff. Le P.Vladimir lui adressa ses voeux de fête et lui exprima la joie qu'il éprouvait de pouvoir, en cette heure grave, témoigner de son respect au pasteur de l'Eglise russe; il ajouta ; 

Les obstacles extérieurs sur la route du rapprochement des orthodoxes et des catholiques sont tombés. On peut donc espérer que le travail pour la réconciliation des Eglises progressera désormais avec succès. L'Eglise catholique prie sans cesse pour l'union; elle encourage les travailleurs qui se dévouent à cette tâche." Le père rappela ensuite les initiatives prises en occident pour rehausser le prestige de l'orient chrétien et préparer les voies à la réunion. Enfin il offrit au patriarche la prière du pape Benoît XV pour l'unité traduite en russe et calligraphiée sur papier de luxe.

Le patriarche remercia; il affirma qu'il suivait avec intérêt et sympathie les efforts déployés pour rétablir l'unité des chrétiens qu'il priait sans cesse à cette intention et se sentait heureux de pouvoir contribuer pour sa part, dans la mesure du possible à cette noble entreprise. Il ajouta encore qu'il encourageait son clergé à collaborer avec les catholiques. Puis, délaissant ce sujet général, il demanda au P.Abrikossof "Avez-vous confirmé Kouzmine-Karavaïef ?" " Non, répondit le P.Vladimir, nous recevons les orthodoxes sans nouvelle confirmation". Le patriarche avait fait allusion à une question contestée entre catholiques latins et orientaux. Les latins affirmaient que la confirmation conférée dans l'Eglise russe n'était pas valide parce que, pour l'onction sacramentelle, les prêtres orthodoxes se servaient non de leur pouce mais d'un bâtonnet.

Les catholiques orientaux au contraire assuraient que le Christ, auteur des sacrements, avait laissé à l'Eglise une certaine latitude pour en préciser la forme. Le Saint-Siège avait-il fait "re-confirmer" les centaines de milliers d'orthodoxes qui, à Brest-Litovsk en 1596, avaient accepté l'union avec Rome? Evidemment non. L'attitude du clergé latin en ce domaine blessait profondément les orthodoxes et le patriarche lui-même n 'y était pas indifférent. A la fin de l'entretien, le patriarche embrassa à nouveau le P.Abrikossof; il se rendit ensuite auprès des autres groupes.

   Ces rencontres entre orthodoxes et catholiques ne plaisaient pas aux communistes; ils reprochaient aux orthodoxes qui y prenaient part de manquer de patriotisme. Trois jours après la réception de la délégation catholique chez le patriarche, des agents de la police secrète (Guépéou) se présentèrent à l'appartement du P.Vladimir. Ils voulaient l'arrêter. Le père était absent, ils firent une perquisition minutieuse de toutes les pièces. N'ayant rien trouvé qui put être considéré comme suspect il le firent savoir par téléphone à leur chef. Ils se retirèrent ensuite mais firent dire au P.Vladimir, à son retour, de ne plus quitter son appartement. Quelques heures plus tard, le père fut convoqué au bureau de police. Un tchékiste lui fit subir un interrogatoire. Manifestement un espion avait assisté à la réception au Troïzkoïe Podvorie. La police croyait savoir que les catholiques avaient remis au patriarche Tikhon un message secret du pape. Le P.Abrikosof avait heureusement apporté avec lui la prière de Benoît XV, il le montra aux policiers et l'affaire n'eut pas de suite désagréable.

On comprend cependant que dans les milieux orthodoxes militants le geste des catholiques russes ait fait sensation et apporté un réel réconfort. Il fallait reprendre les rencontres et, cette fois, les orthodoxes prirent l'initiative d'inviter les catholiques à des discussions publiques sur l'union. Il y eut deux rencontres de ce genre présidée chaque fois par l'évêque Harion Troitsky, auxiliaire du patriarche et son bras droit. L'exarque vint de Pétrograd à Moscou pour parler à la seconde. Ces conférences ne donnèrent cependant pas satisfaction parce que, manifestement, l'assistance trop nombreuse était d'un niveau culturel trop disparate. Dans les deux cas, un auditeur hargneux et obstiné empêcha les orateurs principaux de traiter les questions fondamentales; il les engagea sur des questions de faits, en somme secondaires, dont il est impossible d'établir les responsabilités avec une équité parfaite. La première fois, ce furent les injustices des catholiques latins envers les orientaux établis en Amérique du Nord qui furent une fois de plus invoqués. La seconde fois, ce fut la nouvelle parvenue la veille de Moscou de la constitution d'une Eglise nationale, séparée de l'Eglise catholique, en Tchécoslovaquie. Ce fait servi de tremplin à l'un des auditeurs pour se répandre en invectives contres les catholiques.

Lorsque je quittai la salle, avoue l'exarque, avec la souffrance d'un apôtre frustré dans son zèle, je sentis que je traversais une foule qui, en majorité, m'était hostile.  

D'un commun accord, les organisateurs orthodoxes et catholiques décidèrent de ne plus convoquer aux réunions suivantes qu'un nombre de participants plus réduit et plus homogène.

En fait, les soviets empêchèrent l'organisation d'autres rencontres. A la fin de l'été, une trentaine d'intellectuels en vue, que le gouvernement jugea à jamais imperméables à l'idéologie communiste, reçurent l'ordre de quitter le pays. Parmi eux se trouvaient les professeurs Berdiaef, Boulgakof, Frank, Lossky et d'autres. Ils furent avertis qu'ils seraient fusillés s'ils repassaient la frontière. Le P.Vladimir Abrikossof et le publiciste Dimitri Kouzmine-Karavaief durent saisis dans le même coup de filet pour avoir organisé les rencontres avec les orthodoxes.

Le 26 septembre, le P.Abrikossof fit ses adieux à la communauté des soeurs dominicaines et à ses paroissiens. La séparation eut lieu après que ceux-ci eurent chanté ensemble un "Moleben" pour les voyageurs. Le lendemain 27 septembre le P.Vladimir arriva à Pétrograd. Mgr Cieplak, l'évêque catholique latin, le retint assez longtemps pour des messages à remettre à Rome. L'horizon pour tous les croyants en Russie était de plus en plus sombre. En juillet, l'intrépide métropolite Benjamin de Pétrograd dont Léonide avait si sincèrement regretté de perdre l'amitié, avait été fusillé avec trois de ses aides. Lors du procès Vvendesky l'animateur de "l'Eglise vivante" était venu déposer contre lui.

La même persécution s'annonçait contre les catholiques. L'exarque était désolé de perdre son aide le plus précieux à une heure aussi grave; il se consolait cependant à l'idée qu'à Rome le P.Vladimir pourrait représenter les intérêts des Russes catholiques et agir en quelque sorte en procureur de l'exarchat. Il restait tant à faire pour éclairer le Saint-Siège sur la situation des chrétiens de Russie et en particulier sur les possibilités de rapprochement entre orthodoxes et catholiques ! Le soir, l'exarque conduisit le P.Abrikossof  au navire qui devait le transporter en Allemagne. Le P.Vladimir et son compagnon, Kouzmine-Karavaief arrivèrent à Berlin le 2 octobre et à Rome le 6. Ce dernier, le 18 octobre 1923, entra au séminaire grec. A quarante ans il fut ordonné le 3 juillet 1927.

Peu de temps apr!s le départ des exilés, l'exarque reçut une lettre du P.Anisinoff, de Saratov.

Mgr Freser, le vicaire apostolique de rite latin est arrivé à Saratov. Trois fois, je suis allé lui parler. Il refuse de ma laisser chanter la liturgie. Il explique le refus par ces deux motifs; 1° Il n'a jamais vu le moindre documents de Rome, à notre sujet, nous les prêtres orientaux. 2° Certains fidèles de rite latin élèvent déjà des protestations parce qu'un prêtre de rite byzantin a été autorisé à célébrer en privé, sans chant, dans leur église. "S'il m'autorise à célébrer, assuire-t-il c'est uniquement qu'il me sait un brave homme."    

 

Lettre au Métropolite André de 1921

Le 30 octobre 1922, l'exarque confirme au P.Abrikosof les recommandations données avant son départ.

La question primordiale, devant laquelle toutes les autres passent au second plan, écrit-il, est d'obtenir du Saint-Siège qu'un document soit adressé aux diocèses latins de Mohiliov et de Tiraspol pour leur confirmer que les catholiques orientaux ont leur hiérarchie en Russie et n'y sont pas des tziganes gyrovagues.  

Pour éviter toute équivoque, il demande avec insistance que sa position soit précisée. Le Métropolite André n'est pas aimé des polonais; il faudrait donc que l'exarque n'ait plus à invoquer les pouvoirs juridictionnels qu'il a reçus de lui et que l'exarchat dépende directement de Rome. Il souhaiterait enfin que le Saint-Siège recommande une bonne fois explicitement et avec insistance les prêtres de rite byzantin aux ordinaires latins.

Lettre du 30 octobre 1922 au P.Vladimir Abrikosof.

La réponse du P.Abrikosof fut cruellement décevante. Le Père avouait n'avoir rencontré à Rome qu'un accueil réservé. L'exarque lui avait recommandé de parler en privé au pape, mais il n'y était pas parvenu. Redoutant que le père ne se décourage, l'exarque malgré les difficultés à correspondre avec l'étranger, lui écrit le 13 décembre :

Ainsi donc vous avez reçu le premier soufflet ! Je vous en félicite ! Vous le savez, c'est bon signe. Si tout avait été très facile au début, dans la suite tout aurait pu être pire. Lorsque le pape vous a reçu en présence d'autres personnes, il fallait demander toute de suite, une audience privée. Il fallait lui déclarer sans phrases que l'exarque vous avait chargé de lui communiquer oralement beaucoup de choses. Si on vous chasse de la porte, il faut passer par la fenêtre; si on vous chasse de la fenêtre, il faut passer par une fissure.    N'oubliez pas que Rome aime l'insistance et l'énergie. Si quelqu'un ne fait pas preuve de cette insistance, on le considère comme un hommme qui n'est pas convaincu de ses idées.

 

Au même lettre du 13 décembre 1922. L'attitude réservée du Vatican envers un prêtre arrivé de Moscou a donné lieu à divers commentaires. D'après le P.Abrikosoff lui-même, le Saint-Siège a voulu éviter de donner aux soviets un nouveau prétexte pour intensifier leur persécution des catholiques. Ceux-ci n'auraient pas manqué de considérer comme une provocation toute marque d'attention exceptionnelle que le pape aurait réservé à un prêtre qu'il venait d'exiler. EA ce moment, le Saint-Siège tâchait encore de sauver ce qui restait des communautés catholiques en Russie. 

Le Prince Pierre et la Princesse Marie Volkonsky, qui séjournent à Rome à cette époque, ont écrit à l'exarque que le général des jésuites, le P.Ledochowski, de nationalité polonaise, manifestait  un intérpet sincère pour son action et qu'on pouvait compter sur lui. Par l'intermédiaire du P.Edmund Walsh, l'exarque lui écrit aussitôt popur lui demander de soutenir à Rome le P.Abrikosof.

C'est un homme de Dieu, un catholique sincère, instruit, prudent, un homme d'une valeur morale exceptionnelle, un vrai confesseur de la foi car il a été mis deux fois en prison par les bolcheviques ; il a fait un séjour de sept mois.

L'exarque profite aussi de cette lettre pour décrire l'orage qui s'annonce;

Le moment que traverse l'Eglise catholique en Russie est terrible. Le gouvernement cherche à nous imposer un concordat en vertu duquel, dans chaque paroisse, le pouvoir serait remis aux laïcs et le curé deviendrait un simple employé. Malgré toutes nos protestations, tous les églises catholqiues de Pétrograd ont été fermées de force parce que nous avons refusé de signer ce concordat. Je me trouve à Moscou et demain ou après-demain je me rendrai avec Mgr Dudkievicz, curé de l'église sainte-Catherine pour protester auprès du gouvernement central contre cet acte de violence - humainement parlant - je n'ai quasiment aucun espoir de succès.

L'exarque expose ensuite au P.Ledochowski comment il a été interdit même aux prêtres d'enseigner la religion aux enfants de moins de dix-huit ans ou de leur permettre de remplir les fonctions d'enfants de choeur ou de chantres dans les églises. L'athéisme est enseigné officiellement dans les écoles. Après avoir annoncé que la police l'avait menacé d'arrestation il ajoute :

 Pour ma part, je suis prêt à tout, et j'ai préparé mes fidèles de Pétrograd et de Moscou à toute éventualité. Le gouvernement m'a menacé ou de m'expulser à l'étranger ou de me fusiller. Que la volonté de Dieu soit faite !

 

Suite dans l'article suivant : "Double arrestation. Le procès.


11/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres