Onzième dimanche après la Pentecôte

Onzième dimanche après la Pentecôte

Evangile

Evangile selon saint Matthieu

(18, 23-15)

Le Seigneur dit cette parabole : Le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulait régler ses comptes avec ses serviteurs. L'opération commencée, on lui amena un homme qui lui devait dix mille talents. Comme il n'avait pas de quoi payer; son maître ordonna qu'on le vendit, lui, sa femme, ses enfants et tout ce qu'il avait, pour acquitter sa dette. Le serviteur, se jetant à ses pieds, le conjurait en disant : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Touché de compassion, le maître de ce serviteur le relâcha et lui fit remise de sa dette. Le serviteur, à peine sorti, rencontra un de ses compagnons, qui lui devait cent deniers. Le saisissant à la gorge, il l'étouffait en disant : Aie patience envers moi, et je te paierai tout. Mais lui, sans vouloir l'entendre, s'en alla et le fit mettre en prison jusqu'à ce qu'il payât ce qu'il devait. Voyant cela, les autres serviteurs en furent tout contristés, et ils vinrent raconter à leur maître ce qui s'était passé. Alors le maître l'appela et lui dit : Serviteur méchant, je t'avais remis toute ta dette, parce que tu m'en avais supplié. Ne devais-tu pas avoir pitié de ton compagnons, comme j'ai eu pitié de toi? Et son maître irrité le livra aux exécuteurs, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait. Ainsi vous traitera mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne à son frères du fond du coeur.

 


Apôtre

Lecture de la première épître du saint Apôtre Paul aux Corinthiens.

(9.2-12)

Frères, c'est vous qui dans le Seigneur, êtes le sceau de mon apostolat. Et ma défense contre ceux qui m'accusent, la voici. N'avons-nous pas le droit de manger et de boire? N'avons-nous pas le droit d'amener avec nous une femme chrétienne, une soeur dans la foi, comme les autres apôtres, comme Pierre et les frères du Seigneur? Ou bien serais-je le seul, avec Barnabé à n'avoir pas le droit de travailler? Quel soldat fait la guerre à ses propres frais? Quel vigneron plante une vigne pour ne pas en manger du fruit? Quel berger garde un troupeau pour ne pas se nourrir de son lait? N'y a-t-il pas là que propos humains? Ou bien la Loi ne le dit-elle pas aussi? C'est bien dans la Loi de moïse qu'il est écrit : "Tu ne muselleras pas le boeuf qui foule le grain." Est-ce vraiment des boeufs que Dieu se soucie? N'est-ce pas au contraire, pour nous qu'il parle en tout cela? Oui. C'est pour nous que l'Ecriture le dit, car le laboureur doit être mû par l'espérance dans son travail, et celui qui foule, par l'espérance d'avoir sa part. Si nous avons semé en vous les biens spirituels, est-ce trop exiger de vous que nous récoltions de quoi sustenter notre corps? Si d'autres ont eu ce droit sur vous, nous ne l'avons pas moins. Et pourtant, nous n'avons pas usé de ce droit, acceptant de tout supporter pour ne pas créer d'obstacles à l'Evangile du Christ.Bienheureux Léonide Féodorof à Kirov.jpg
 



19/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres