Procès et dispersion des prêtres de l'île Anzer

Antoine Wengler : Catholiques en Russie d'après les archives du KGB 1920-1960 DDB 1998
chapitre 3 : les catholiques à Solovki.

Paragraphe 4

Procès et dispersion des prêtres

De l'île Anzer

L'exploit des prêtres, isolés des autres déportés de Solovki à l'île d'Anzer, ne pouvait pas rester ignorés de l'administration du camp. En 1932 eut lieu le procès "pour formation d'un groupuscule antisoviétique de prêtres se livrant à de l'agitation antisoviétique, accomplissant en secret des rites religieux et des célébrations liturgiques, et cherchant à établir une liaison illégale en vue de transmettre à l'étranger des informations à caractère d'espionnage sur la situation des catholiques en URSS." Quelques uns de ces prêtres bénéficièrent d'une libération pour être échangés en septembre 1932 avec la Pologne, en 1933 avec la Lituanie, d'autres furent envoyés sur le continent, au camp pour travailler sur les nouveaux chantiers du canal mer Baltique Mer Blanche.

Ainsi le 15 janvier 1934, le père Patapi avec d'autres prisonniers fut transféré à Solovki sur le continent, où les communistes construisirent une nouvelle ligne de chemin de fer, qui devait relier Leningrad à Mourmansk. Son camp se trouvait près de la station Kouzema, à 55 km au nord de Kem. Il demanda à Neveu de la graisse et du sucre, que Neveu lui envoya aussitôt. Début 1937, le père Braun apprit à Neveu, venu en France pour se soigner, que le père Patapi est mort à Podvoïtsi, point d'arrêt de la ligne Leningrad-Mourmansk, et Neveu se répand en pleurs et en éloges : " Encore un martyr pour la foi". Par Mme Osssipova, nous savons que le père est mort  le 14 août 1936.

Tel fut également le cas du père Nicolas Alexandrov, l'aumônier des dominicaines de Moscou, condamné au procès de Moscou le 19 mai 1924, mort à Medvejia Gora le 29 mai 1936 : de Mgr Jacques Bacaradian, né en 1972 , gouvernement de Batoum. Administrateur des Arméniens unis : arrêté à Tiflis  pour avoir informé le Vatican de la persécution des catholiques en URSS, il fut envoyé à Solovki et dirigé sur l'île Anzer. Comme invalide, il fut renvoyé sur le continent à la station de Kouzema, ligne de Mourmansk, où il est mort en février 1936.

Au début des années trente, les procès contre les catholiques s'étendaient à toute la Russie d'Europe, Leningrad, Kiev, Odessa, Rostov sur le don. Il fallait sans cesse fournir de nouvelles recrues au camp de Solovki et pour ses métastases, comme dit fort justement Soljenitsyne en parlant de ce cancer qu'étaient les grands travaux du creusement - inutile - du canal Baltique-Mer Blanche, puis de la ligne de chemin de fer Leningrad-Mourmansk, enfin le canal Moscou-Volga-Don, où les détenus, sans équipement adapté, mouraient par centaines de milliers. 

Dans le sud de la Russie, dans l'ancien diocèse de Jitomir existaient encore quelques dizaines de paroisses polonaises et quelques paroisses uniates ; sur le bord de la mer Noire et le long de la Volga, survivaient les paroisses naguère florissante des colonistes allemands. Les procès organisés contre eux en 1930 et 1931 fournissaient prêtres et fidèles bons à déporter aux camps. Neveu, qui à Moscou assistait impuissant à cette éradication de l'Eglise catholique en des diocèses et administrations apostoliques dont il n'était pas directement responsable, alertait le Vatican et les ambassades d'Allemagne et de Pologne. Le gouvernement soviétique, à l'occasion des traités d'amitié et de non-intervention signés successivement en 1932 avec le Pologne, et en 1933 avec la Lituanie accordait des échanges contre les communistes en prison dans ces pays. Le 15 septembre 1932 furent ainsi échangés une quarantaine de Polonais, dont 17 prêtres, et en 1933 douze prêtres lituaniens.

 

Article suivant : Les catholiques allemands de la Volga.            


12/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres