4e dimanche du carême Saint Jean Climaque

 
 
 

Jean Climaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
 
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Jean.

Jean Climaque, également connu sous le nom de Jean le Sinaïtique, moine syrien du VIe ou VIIe siècle.

Considéré comme saint par les Églises catholique et orthodoxe.

Fêtes le 30 mars et le quatrième dimanche du Grand Carême orthodoxe.

Sommaire

 [masquer

Biographie

Sa vie n'est connue que par une relation de Daniel de Raïthou et des allusions dans les Récits d'Anastase. De nombreuses hagiographies se sont succédé plus tard.

Après avoir reçu une éducation soignée (certains manuscrits lui donnent le titre de scholastikos), il décide à 16 ans de se faire moine et rejoint le monastère Sainte-Catherine du Sinaï, où il reçoit l'enseignement d'un moine, Martyrios. À la mort de ce dernier, Jean est âgé d'une vingtaine d'années. Il se retire comme hésychaste (ermite) à Tholas, au pied de la montagne, où il demeure pendant vingt ans, sans pour autant refuser les visiteurs. Alors que des envieux calomnient ses propos, il décide de ne plus parler et reste un an dans le silence, avant que des disciples ne le supplient de reprendre son enseignement.

Au retour de voyages en Égypte, les moines de Sainte-Catherine l'élisent comme higoumène (abbé). Sa réputation de sainteté s'étend jusqu'à Rome et Grégoire Ier lui demande de coucher ses prières par écrit. Quelques années avant de mourir, il quitte la tête du monastère et retourne à son ermitage.

Œuvre

L'Échelle sainte décrite par le Climaque : elle représente les moines qui atteignent les sommet de l'échelle, mais aussi ceux qui sont entraînés en enfer par les démons

Les écrits de Jean Climaque sont très populaires dans les Églises orthodoxes. Ils sont reproduits dans de nombreux manuscrits. Le clocher d'Ivan le Grand du Kremlin comprenait ainsi une église Saint-Jean-Climaque. En Occident, le Climaque a été traduit par Gentile da Foligno en 1491 et en 1652 sous le titre : "L'Echelle Sainte ou les degrés pour monter au ciel", composée par S. Jean Climaque,... traduit du grec en françois par Mr Arnauld d'Andilly".

Jean a laissé deux ouvrages :

L'Échelle Sainte

Le premier est appelé L'Échelle sainte (en grec ancien κλῖμαξ / klĩmax, d'où il tire son surnom). L'œuvre, longue de 30 chapitres (ou « échelons », représentant les 30 années de vie cachée de Jésus-Christ), a pour but de résumer l'expérience monastique. Elle est rédigée à la demande de l'abbé Jean de Raïthou. Elle se situe à une période de transition, où le monachisme, repoussé par l'expansion arabe, gagne l'Europe. Adressée aux moines, elle vise à leur faire atteindre, en 30 degrés, la perfection :

  • degrés 1–4 : renoncement au monde et obéissance à un père spirituel ;
  • degrés 5–7 : pénitence et affliction (πένθος / penthos) comme voies de la véritable joie ;
  • degrés 8–17 : lutte contre les vices et acquisition des vertus ;
  • degrés 18–26 : fuite des pièges de l'ascèse (paresse, orgueil, pusillanimité) ;
  • degrés 27–29 : atteinte de l’hésychia (paix de l'âme) et de l’apatheia (impassibilité).

C'est le thème de l'épectase, la tension de l'âme vers Dieu, qui sera repris par les Pères de l'Église grecs. Elle est rédigée en apophtegmes parfois obscurs, sans connexion évidente les uns entre les autres. Par exemple :

« Ne cherche pas à beaucoup parler quand tu pries, de peur que ton esprit ne se distraie à chercher les mots. »
« Hésiter dans ses jugements et demeurer longtemps dans le doute sans aucune certitude est le signe que l'âme n'est pas illuminée et qu'elle aime la gloire. »

Lettre au pasteur

Le second ouvrage est un court traité intitulé Lettre au pasteur, à l'intention des maîtres spirituels et des chefs de communauté.

Textes de Jean Climaque, en lien externe

L'échelle sainte

Bibliographie

  • G. Couilleau, « Jean Climaque », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, tome VIII, 1972, col. 169–389 ;
  • G. Dagron, P. Riché et A. Vauchez, Histoire du christianisme des origines à nos jours, tome IV « Évêques, moines et empereurs (610–1054) », Desclée, 1993 (ISBN 2-7189-0614-6), pp. 56–58.
  • Jean Climaque, L'Échelle sainte, traduction du P. Placide Deseille, éditions de Bellefontaine.

Éditions

CPG 7850-7853

Lien externe

 

Actions

 

 



22/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres