Réflexions sur le passage d'Orthodoxes à l'Eglise catholiques

Réflexions sur les passages d'orthodoxes à l'Eglise catholique

Antoine Wenger "Catholiques en Russie" D'après les archives du KGB 1920-1960
Il ne s'agit pas des Grecs russes catholiques mais aussi de latins russes NDR

Leur nombre relativement élevé, vu la petite minorité catholique, n'est pas sans poser de questions. L'Eglise orthodoxe, surtout les "tikhoniens" était elle aussi persécutée et offrait à ses fidèles tous les moyens de sanctification, y compris jusqu'à la confession de foi et le martyre. Malgré cela, le Père Serge Soloviev, neveu de Vladimir Soloviev représentait par son exemple et son enseignement une attirance vers l'unité catholique. Neveu, sa correspondance le prouve amplement, était un apôtre zélé, d'une grande culture littéraire et historique, mais d'une théologie marquée des étroitesses propres à son temps et à son milieu dans le domaine de l'œcuménisme. Alors faut-il penser que certains catholiques sont venus à lui pour être secourus? La chose n'est pas à exclure, mais le docteur Titov, médecin qui s'est fait catholique, n'avait pas besoin de secours matériel : c'est plutôt lui qui a secouru Mgr Neveu, en le soignant gratuitement. Et ce n'est qu'un exemple.

Malgré la persécution, l'on vit se reproduire le phénomène que connut la Russie au XIXe siècle, où une partie de son aristocratie passa au catholicisme : les Golitsyne, les Gagarine, les Boutyrkine, les Narychkine, Mme Svetchine, Mme Rostopchine, attirés par son universalisme

J'aime citer ici,  comme une curiosité plutôt qu'une autorité, le témoignage de Svetlana Allelouieva, la fille de Staline, qui au terme de ses variations est entrée dans l'Eglise catholique à Londres le 2 décembre 1972. Dans une lettre, datée du 21 juillet 1987 elle écrit ; "La foi catholique romaine, c'est la grande espérance du monde entier, parce qu'elle embrasse tous les pays, tous les peuples, toutes les races et toutes les nations. Notre grand Viatcheslav Ivanov (que j'adore ! ) a montré sa grande sagesse quand il s'est uni au catholicisme romain." (Le grand poète V.Ivanov est entré dans l'Eglise catholique à Saint-Pierre de Rome le 17 mars 1926 jour de la saint Venceslav en Russie. Il se sentit alors, comme il l'a écrit dans sa lettre  à Charles du Bos, du 15 octobre 1930, "respirer des deux poumons". Voir texte dans V.Ivanov-M Gerchenson, correspondance d'un coin à l'autre, Ed. L'âge d'homme annexe pages 85-92 Note de Wengler

 et la culture occidentale; pour la raison aussi que l'Eglise orthodoxe était souvent l'humble servante du pouvoir. Nous avons un exemple en Mlle Julie Danzas; un autre en Mme Elisaveta Gueorguievna Bordelius, apparentée aux Samarine, Ossorguine, Benckendorff, et qui avait épousé un prêtre. L'un et l'autre de haute spiritualité avaient comme directeur de conscience le Père Gueorgui, l'un des derniers "starets" d'Optima Poustyne, fermé en 1927 par les Bolcheviques. Mme Bordelius embrassa secrètement le catholicisme le 27 mai 1928 en la fête de la Pentecôte. Comme elle ne pouvait plus longtemps garder secrète sa conversion, le mari et sa femme s'en vinrent trouver Mgr Neveu, qui nous a rapporté le récit de l'entretien dans sa lettre du 1er octobre 1928:

Avant hier samedi, après ma messe, à la sacristie de Saint-Louis j'eus une très longue conversation avec le brave pope, mari de cette "matoucka", qui a embrassé le catholicisme à la Pentecôte. J'avais prié cette dame de tenir secrète sa conversion. Harassée de questions par son mari, elle avoua son passage à l'union. Le mari rapporta la chose à l'évêque Emmanuel, leur "doukhovnik" à tous les deux. Tous les deux se prétendent bien disposés à l'union mais, dit le pope, "Je suis l'enfant obéissant de mon Eglise ; lorsqu'elle fera en corps sa réunion à Rome, je la suivrai avec bonheur, mais jusque là je ne veux pas me séparer d'elle. De plus, nous songeons, l'un et l'autre, à la vie monastique, il y a tout un groupe d'hommes et de femmes qui partagent nos idées. S'ils apprennent que ma femme est devenue catholique, cela les éloignera davantage du catholicisme. Si elle s'entête, je serai obligé  de donner officiellement cours à l'affaire devant l'autorité ecclésiastique, on nous séparera et je ne pourrai plus l'entretenir ni elle, ni sa mère. Elle se guide bien plus par la tête que par le sentiment; les théories lui plaisent et lorsqu'elle sera tout à fait séparée de nous, elle le regrettera et tentera de revenir vers nous. Aussi vous seriez bien bon de l'empêcher de commettre cette imprudence.

Le père Soloviev exerçait une séduction sur la jeunesse universitaire, où, jusqu'en 1929, il enseignait le grec. Il dirigeait ensuite ses "convertis" vers Mgr Neveu. Le cas de Mgr Barthélémy et de ses pénitentes est particulier. On le verra dans le chapitre qui lui est consacré. il faut dire aussi que certains passage de l'Eglise catholique se sont fait sans l'intervention de Mgr Neveu. Le Père Patapi Emilianov curé d'un gros bourg près de Karkhov; Nijinaïa Bogdanovka est entré dans l'Eglise gréco-catholique de Mgr Szeptiski avant d'avoir connu Mgr Neveu, dont il sera plus tard un ami fidèle, et paya cette fidélité de dix ans de bagne à Solovki.   

Les "conversions ", qui furent nombreuses dans le groupe des dominicaines peuvent s'expliquer aussi par le triste état où se trouvait l'Eglise orthodoxe en 1922, déchirée par des querelles et des schismes, au point que même un esprit aussi orthodoxe que le Père Serge Boulgakov, fut en 1920 tenté de catholicisme. La revue  "simvol" des Pères jésuites de Meudon a en 1922,  publié son récit "Sous les murs de Chersonèse". 

Faut-il expliquer ces "conversions" par le pain? Sauf exception, nous ne le pensons pas. Entrer dans l'Eglise catholique était plutôt se condamner à le perdre et se désigner comme victime du NKVD.

Le NKVD (en russe : НКВД, abréviation de Народный комиссариат внутренних дел, Narodnii komissariat vnoutrennikh diel) ou Commissariat du peuple aux Affaires intérieures, est la police politique de l'URSS — équivalente à un ministère — et « chargée de combattre le crime et de maintenir l'ordre public ». Créé le à partir de la Guépéou, le NKVD absorbe l'OGPU en 1934 et devient l'organe central de l'administration d'État de l'URSS[1] jusqu'au lorsqu'il est transformé en « ministère des Affaires intérieures » de l'URSS (MVD).

Si pour le croyant orthodoxe pratiquer sa religion pratiquer sa religion, élever chrétiennement ses enfants était un motif suffisant pour encourir l'article 58.10: agitation antisoviétique, que dire du chrétien qui, par son attachement à l'Eglise catholique, comprise comme le Vatican encourait l'article 58.1a "Trahison" et sûrement l'article 58.3 "relation avec un Etat étranger" 58.10 "propagande et agitation antisoviétiques" et 58.11 "Toute activité organisatrice".

Nous n'observons pas alors le phénomène inverse, que nous connaissons aujourd'hui, du passage de catholiques à l'Eglise orthodoxe, attirés par la splendeur de sa liturgie et la profondeur de sa spiritualité.  

 

               



03/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres