5 juin 2106 3e dimanche après la pentecôte

Troisième dimanche

après la Pentecôte


Evangile

Mt 6.22-23

Le Seigneur dit : la lampe du corps, c'est l'œil; si donc ton œil est sain, ton corps tout entier sera dans la lumière; mais si ton œil est malade, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres ce sera !

Nul ne peut servir deux maîtres: ou bien il haïra l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent.

C'est pourquoi je vous dis ; ne vous inquiétez pas pour votre vie, de ce que vous mangerez ou boirez, ni pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? Voyez les oiseaux du ciel; ils ne sèment ni ne moissonnent, ni ne recueillent dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas beaucoup plus?

Qui d'entre vous d'ailleurs peut, à force de soucis, ajouter une coudée à la longueur de sa vie? Et du vêtement pourquoi vous en inquiéter? Observez les lis des champs, comme ils poussent; ils ne peinent ni ne filent ; or je vous  dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Et si Dieu revêt de la sorte l'herbe des champs qui pousse aujourd'hui et demain sera jeté au feu, ne fera-t-il pas bien plus pour vous gens de peu de foi? Ne soyez donc pas en souci, ne dites pas: que mangerons-nous? que boirons-nous? ou de quoi serons-nous vêtus? Ce sont là toutes choses que recherchent les païens. Votre Père céleste sait bien que vous en avez besoin. Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. 


Apôtre

Romains 5,1-10

Frères, justifiés que nous sommes par la foi, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, lequel nous a donné d'avoir accès par la foi au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis; et notre fierté, c'est l'espérance d'avoir part à la gloire de Dieu. Mais ce n'est pas tout, nous mettons aussi notre fierté dans les afflictions, sachant que l'affliction produit la patience, la patience une fidélité à toute épreuve, qui à son tour produit l'espérance. Or l'espérance ne déçoit pas, puisque, par l'Esprit saint qu'il nous a donné, Dieu a répandu son amour dans nos cœurs. En effet, alors que nous étions encore sans cette force, c'est alors au temps fixé, que le Christ est mort pour des impies. A peine voudrait-on mourir pour un juste; pour un homme de bien, , oui, peut-être osera-t-on mourir. Mais la preuve que Dieu nous aime, c'est que le Christ, alors que nous étions encore pécheurs, est mort pour nous. Combien plus, maintenant que nous sommes justifiés dans son sang, serons-nous par lui sauvés de la colère. Si, étant ennemis, nous fûmes réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, combien plus , une fois réconciliés serons-nous sauvés par sa vie.

amen 2.jpg
  



13/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres