Dimanche 12 février 2017 : le Fils prodigue

Dimanche de l'Enfant prodigue

Evangile

Luc 15.11-32

 

Le Seigneur dit cette parabole;

Un homme avait deux fils.

Le plus jeune dit à son père :

"Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.

Et le Père leur partagea son bien.

Peu de jours après, le plus jeune fils, rassemblant tout son avoir, partit pour un pays lointain et y dissipa son bien dans une vie de prodigue.

Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint en ce pays et il commença à sentir la privation. Il alla se mettre au service d'un des habitants de la contrée, qui l'envoya dans ses champs garder les cochons.

Il aurait bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait. Rentrant alors en lui-même, il se dit ;

"Combien de journaliers de mon père ont du pain en abondance, et moi, je suis ici à mourir de faim! Je veux partir, retourner vers mon père et lui dire;

"Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi; je ne mérite plus d'être appelé ton fils,  traite-moi comme l'un de tes journaliers.

Il partit donc et s'en  retourna vers son père.

Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut touché de  compassion; il courut se jeter à son cou et l'embrassa longuement.

Le fils alors lui dit:

"Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi; je ne mérite plus d'être appelé ton fils."

Mais le Père dit à ses serviteurs ;

"Vite, apportez la plus belle robe et l'en revêtez, mettez-lui un anneau au doigt et des chaussures aux pieds. Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort et il est revenu à la vie; il était perdu et il est retrouvé!"

 Son fils aîné était aux champs. Quand à son retour, il fut près de la maison, il entendit de la musique et des danses. Appelant un des serviteurs, il lui demanda ce que cela signifiait. Celui-ci lui dit;

"C'est ton frère qui est de rertour, et ton père a tué le veau gras, parce qu'il l'a recouvert en bonne santé".

Il se mit alors en colère et refusa d'entrer.

Son père sortit l'en prier.

Mais il répondit à son père ;

"Voici tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé un seul de tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau, à moi, pour festoyer avec mes amis, et puis, ton fils que voilà, revient-il, après avoir dévoré ton bien avec les femmes, tu fais tuer pour lui le veau gras. "

Mais le Père lui dit;

"Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Mais il fallait festoyer et se réjouir, puisque ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé!"


 Apôtre

 

1 Cor 6.12-26

Frère, "tout m'est permis", mais tout n'est pas profitable. "Tout m'est permis", mais j'entends moi, ne me laisser dominer par rien. Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments, et Dieu abolira nourriture et digestion. Mais le corps n'est pas fait pour la fornication, il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps. Et Dieu, qui a ressuscité le Seigneur en sa puissance nous ressuscitera nous aussi. Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ? Vais-je donc  prendre les membres du Christ pour en faire ceux d'une prostituée? En aucun cas ! Ou bien ne savez-vous pas que celui qui s'unit à la prostituée ne fait avec elle qu'un seul corps? Car il est dit : " Les deux ne seront qu'une seule chair".  Mais celui qui s'unit au Seigneur n'est avec lui qu'un seul esprit. Fuyez la fornication ! Tous les péchés que l'homme peut commettre sont extérieurs à son corps, mais celui qui fornique pèche contre son propre corps. Ignorez-vous aussi que votre corps   est le temple de cet Esprit saint qui est en vous et que vous tenez de Dieu? Et que vous ne vous appartenez pas, vu le prix auquel vous avez été rachetés? Alors, glorifiez Dieu dans vos corps et dans votre esprit, puisqu'ils appartiennent à Dieu.   

 

discos avec le pain.jpg

 

Disquos avec le pain


 

 

 

 Kondakion

M'étant écarté, comme un insensé

de ta gloire paternelle,

j'ai dilapidé en mal la richesse don tu m'avais comblé.

C'est pourquoi je fais monter vers toi le mot du Prodigue :

"J'ai péché contre toi,

Père miséricordieux;

Accueille-moi

repenti,

et compte-moi comme l'un de tes journaliers.

 



15/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion